DETTE COVID : APRES LA CRISE, LA FACTURE ?

Sur mission expresse du Premier Ministre, on a constitué en décembre dernier une « commission pour l’avenir des finances publiques » dont l’objectif était de définir les voies et moyens de l’amélioration de la situation comptable de l’État d’ici 2030, commission placée sous la responsabilité d’un expert – comptable bien connu des milieux politiques, à savoir Jean Arthuis, ancien ministre, ancien rapporteur général du Budget au Sénat, ancien président de la commission des Finances de la même Assemblée, ancien maire de Château-Gontier, et défenseur acharné des intérêts des épargnants français détenteurs d’emprunts russes…

Des avances de la BCE pour développer les services publics et sécuriser l’emploi et la formation

On discute à l’infini des mérites comparés d’une solution inutile (rendre perpétuelle la dette déjà détenue par les banques centrales) et d’une solution impossible (annuler toute la dette passée) à un problème qui ne se pose pas (de toute façon, la dette passée ne sera jamais remboursée). On devrait s’intéresser davantage au financement des dépenses futures pour les services publics. Tribune publiée dans L’Humanité dimanche du 16 janvier 2021.