Huit commentaires sur Joe Biden

Ne pas « débrancher » les dépenses et aides avec la sortie du confinement, au contraire les amplifier, non seulement pour répondre à la pandémie, mais aussi pour sortir de la crise en s’engageant sur un (possible) nouveau chemin, pavé d’ambivalences, entre le social et le capital. C’est l’idée importante qu’il faut retenir des plans annoncés par Biden. Mais ce sera surtout par pompage sur le reste du monde et de rivalité stratégique avec la Chine, avec à la clé des tensions économiques internationales accrues, y compris pour nous.

L’argent de la BCE pour la Santé, pas pour le Capital ! un appel d’économistes et de responsables politiques européens

La BCE doit servir aux Bien Communs (santé, emploi, climat) et non à la finance. La crise sanitaire sans précédent appelle une solidarité nouvelle pour de véritables coopérations dans le domaine de la santé et de la production des biens et des services liés à celle-ci. Cela interpelle l’Union européenne, pour les peuples européens et dans sa contribution au monde.

Conjoncture : de chocs en chocs, tout un système en cause

Le choc est devenu systémique, entraînant le risque d’une récession de plusieurs points, avec un horizon de sortie de crise d’autant plus incertain que, désormais, après des années de sur-accumulation intense de capital, d’ inflation accélérée des marchés financiers et de rivalités commerciales, alors que la croissance réelle freinait, se profilent des risque aigus d’amplification systémique d’ordre financier, mais aussi social et politique.

Quelles luttes communes pour une Europe de coopération dans une autre mondialisation

La transformation de l’Europe ne peut pas reposer sur la seule action des gouvernements, qu’elle prenne la forme d’une négociation ou celle d’une transgression des règles. Les enjeux de pouvoir se posent aussi à tous les moments du cycle du capital : dans les décisions d’embauche, d’investissement, de recherche prises par les multinationales, et dans les décisions de financement.