Intervenir sur les plans d’urgence économique !

Comment a-t-on pu passer d’un discours dominant sur «les caisses sont vides», «il n’y a pas d’argent magique» (propos d’E. Macron il y a quelques semaines seulement face à une soignante protestant contre la misère de l’hôpital public) à un tel déversement de fonds publics ? Comment expliquer que ce qui était prétendument impossible il y seulement quelques semaines au nom de la «nécessaire austérité des budgets pour réduire le déficit public et la la dette» le devienne tout à coup? Comment cela sera-t-il financé? D’où viendra l’argent? Qui paye, maintenant et qui va payer, après? Est ce que ces plans préserveront l’emploi, le pouvoir d’achat, nos services publics? Si ce n’est pas le cas, comment intervenir ?

Coronavirus : Le travail des femmes ne peut plus être ignoré !

Le rôle des femmes dans la crise est exemplaire : elles assurent notre survie, elles contiennent l’épidémie, tout en étant exposées au risque car en première ligne. Plusieurs ont déjà perdu la vie dans leur fonction. Alors, merci à nos héroïnes du quotidien. Dès maintenant, une grande bataille doit s’engager pour rendre visible ce travail et pour que des propositions féministes soient mises en débat dans toute la société !

Frédéric Boccara dans L’Humanité du 27 mars : voilà les vraies mesures à prendre en urgence – version longue

L’économiste et dirigeant du PCF montre comment la crise sanitaire a accéléré le déclenchement d’une crise économique d’une gravité extrême déjà présente, provoquée par la course à la financiarisation de ces dernières années. Ce qui fait émerger l’urgence d’un changement de pied aussi révolutionnaire que salutaire. Pour surmonter la pandémie et se libérer de la domination des marchés financiers.

Austérité : la BCE aurait l’antidote, les dirigeants européens préfèrent propager le virus de la finance

Les ministres des Finances des 27 pays de l’Union européenne sont contents d’eux. Ils ont éclaté en applaudissements à la suite de leur dernière réunion, ce jeudi 10 avril. En vérité, il n’y avait vraiment pas de quoi – du moins si on se place du point de vue des 400 millions d’habitants de l’Unions européenne, et non pas du point de vue du capital.

L’argent de la BCE pour la Santé, pas pour le Capital ! un appel d’économistes et de responsables politiques européens

La BCE doit servir aux Bien Communs (santé, emploi, climat) et non à la finance. La crise sanitaire sans précédent appelle une solidarité nouvelle pour de véritables coopérations dans le domaine de la santé et de la production des biens et des services liés à celle-ci. Cela interpelle l’Union européenne, pour les peuples européens et dans sa contribution au monde.